Les sidecaristes du DDT en Corse

Aller en bas

default Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  virolos le Sam 04 Oct 2008, 00:45

Voici quelques photos envoyées par Dédé à leur arrivée sur le port . En attendant (longtemps visiblement) l'embarquement vers la Corse. En effet demain aura lieu une liaison et spéciale sur cette belle ile ainsi qu'une base chrono. Bonne balade à eux et que le meilleur gagne.




Nanuk s'occupe à faire du collage de numéros





Le DJ de J-Paul qui a lâchement abandonné sa monture !

Anne-Marie il faut remettre de l'ordre là-dedans !







La bomba del équipage Dideron/Dideron qui va "mettre le feu en Corse"




Et Nanuk et Nanukette qui patientent paisiblement au soleil
avatar
virolos
Membre Super Super Actif
Membre Super Super Actif

Nombre de messages : 198
Age : 53
Localisation : ARDECHE
Date d'inscription : 14/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

default Il pleut ce matin sur la corse

Message  Longhi le Sam 04 Oct 2008, 08:57

Les infos du jour depuis la Corse

Dédé viens de me passer un coup de fil, ils sont en ce moment sur une terasse de bistrot en train de prendre le petit dej' mais sous la pluie Sad

Dédé me disait que cela risquait d'être chaud pour le parcours de liaison qui tourne un max si ce temps continue Crying or Very sad

Je continuerai de poster les message de nos équipage au cours du W.E.

Alors restez connecté

Pascal
avatar
Longhi
Membre
Membre

Nombre de messages : 12
Age : 57
Localisation : Sommières (34)
Date d'inscription : 13/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Maïté le Sam 04 Oct 2008, 09:48

Merci beaucoup à tous pour les nouvelles!!!!
moi je reste bounce
avatar
Maïté
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 741
Localisation : Saint Maixent L'école
Date d'inscription : 09/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

default De retour sur le continent

Message  Longhi le Dim 05 Oct 2008, 08:35

Comme promis quelques infos de notre Dédé National :
La journée de samedi c'est bien passée sur l'ile de Beauté. Ils ont finis vers 18h hier après la spéciale sans gros problème ... Le Guzz devient fiable Wink.
Alors Dédé c'était comment ?
<< Sur les vidéos on avait l'impression qu'elle était hyer rapide, alors je suis parti à donf ..Premier droite ça passe puis au gauche suivant je me suis retrouvé en vrac car ça refermait beaucoup plus que ce je pensais ... J'ai presque perdu Anne-Marie ... mais c'est passé et j'ai fait gaffe pour la suite... Spéciale quand même très bosselée >>

Le retour en bateau c'est bien déroulé et ce matin à 8h15 ils allaient partir en convoi direction Toulon pour la dernière journée du MT2008

Dès que j'ai des news, promis je post ici

Si vous en avez d'autres side-caristes ne vous retenez pas Wink que tout le monde en profite

Pascal
avatar
Longhi
Membre
Membre

Nombre de messages : 12
Age : 57
Localisation : Sommières (34)
Date d'inscription : 13/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  virolos le Lun 06 Oct 2008, 21:38

Bon les équipages ont bien fini, contents et bien fatigués. Tellement épuisés......que Notre Dédé n'a même pas la force ce nous raconter le reste de son week-end.

Ps : Il finit devant les machines modernes en spéciales en Corse (il a dû payer le mec qui était à l'imprimante des résultats, non ?) Une Guzzi devant ! mais ça s'est jamais vu !


J'essayerai de mettre quelques vidéos (très courtes ) où on voit Dédé et Nanuk en action. Les autres sides étaient déjà passés lorsque nous avons pû atteindre le haut du Mont Faron.

A bientôt tout le monde
avatar
virolos
Membre Super Super Actif
Membre Super Super Actif

Nombre de messages : 198
Age : 53
Localisation : ARDECHE
Date d'inscription : 14/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Invité le Mar 07 Oct 2008, 09:36

Coucou,

bien rentrés, mal partout mais contents. La "Squadra Rossa-Nera" a bien fonctionné...sans doute en raison de la matinée d'attente sur le port d'Ajaccio où le marché nous a permis de déguster moults excellents produits locaux! I love you

Allez, je repasse plus tard vous donner quelques détails, merci Mary-la-reporter. applaudit

à ciao

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  LAUR le Jeu 09 Oct 2008, 13:54

UNE GUZZI DEVANT! GE-NIAL
ILS NE SONT PAS POURRIS LES RALLYMEN!!!!!
CHAPEAU BAS MESSIEURS ET MESDAMES .
avatar
LAUR
Membre Très Actif
Membre Très Actif

Nombre de messages : 126
Age : 49
Localisation : saubens 31600
Date d'inscription : 29/08/2006

http://teamlaurferrieu.com

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Invité le Jeu 09 Oct 2008, 19:37


Salut la bande !

Un petit CR de notre raid en Corse, si ça vous dit :

Cette année, nous étions forfaits pour le rallye de Corse. Donc lorsque l’on a eu connaissance du programme de l’étape Toulon/Toulon, on s’est dit que c’était l’occasion de se rattraper.
L’engagement (250 euros) peut sembler onéreux, mais il équivaut au coût d’un aller/retour en Corse pour deux personnes et un side. Notre sponsor habituel (Moto Repère à Marseille) ayant dit banco, nous voilà inscrits. De plus, le couple Dideron fut aussi partant, donc, branle-bas de combat au sein du " Guzzi-Racing Team ".

Nous nous sommes donc retrouvés sur les plages du Mourillon par un beau début d’après-midi ensoleillé, avec quelques potes. Tous ensembles, nous avons vérifié cartes et road books, échangé sur nos objectifs et stratégies respectives. On a beau se dire que l’on vient pour la balade, l’esprit de compétition subsiste !

Notre stratégie est simple : Dédé est là pour gagner, nous serons l’assistance rapide. Nos deux numéros se suivent, nous partons devant, Dédé nous rattrape, nous passe et on le suit.
L’avantage des sides, c’est le coffre. Le nôtre contient de quoi dépanner la moitié du paddock, au moins :
Caisse à outils bien fournie, réserve d’essence, pompe gros débit, kits de réparation tubeless, bombe anti-crevaison, amortisseur, corde de remorquage, câbles en tout genre, scotch, colliers, bougies,....glacière boissons casse-croûte, vêtements de pluie ( !). Bien plein, si bien que nos effets personnels (qui resteront sur le bateau) prennent place dans deux valises rigides accrochées au porte-bagage.
Vu les horaires prévisionnels (4,5h entre le premier concurrent et nous) l’éclairage rallye est en partie conservé.

Nous voilà donc prêts à passer les contrôles administratifs et techniques...à une nuance près : j’ai oublié mes bottes à Marseille ! ! ! ! J’ai bien aux pieds des chaussures montantes en cuir qui auraient pu faire l’affaire pour une passagère, mais là on court le risque de rester bloqués au pied d’une spéciale, ce serait balot.
Dédé, plus inquiet que moi, se met en quête d’un paire de bottes....et trouve mon bonheur auprès d’un jeune rallyman : Sa paire de secours me va comme un gant (si l’on peut dire), souple à souhait. Merci encore à tous les deux. L’assistance étant bien assistée, nous voilà prêts.

Les contrôles sont passés sans encombre, il ne nous reste plus qu’à attendre le départ de notre convoi encadré par les Gendarmes de l’Escorte Présidentielle.
Là, l’organisation aurait pu nous faire partir tôt....mais non, il nous a fallu attendre que les Experts soient tous arrivés, assistés et repartis pour décoller ! ?
L’objectif étant d’arriver à Marseille avant que le bateau ne parte, ce fut plutôt olé-olé, voire ridicule et dangereux malgré les gendarmes jusqu’au Beausset. La montée puis la redescente du Castellet, par contre, nous a permis de jauger la garde au sol des motos bleues.... Arrivés sur Marseille, en tant que local j’ai du assister nos ouvreurs qui en fait de road book, ne disposaient que d’un liste de nom de rues...et trouver le nom d’une voie rapide, c’est pas évident. Donc, arrivés à bon port, embarquement puis perception des cabines...de quatre, un peu juste.
Après breiffing et avoir avalé nos sandwiches, dodo, bercés par les vagues car la prochaine journée sera longue.


Réveil à 6 heures, nos co-locataires partent tôt, en Expert. Pour nous, ce sera à midi mais il faut tout-de même libérer le bateau et rentrer le side au parc fermé. A Ajaccio, tout est sur place, le marché s’installe sous la pluie et nous aussi, à la terrasse d’une brasserie envahie par les motards, petit déjeuner oblige (café, croissants, jus d’orange....et pression). Ensuite, nous avons eu tout notre temps pour arpenter les allées du marché, goûter généreusement à tous les bons produits locaux, et même ramener un fromage de chèvre (sur-emballé sous vide !)

Ayant déjà sympathisé avec les pilotes Corses qui partiront derrière nous, nous voilà prêts, donc nous partons sous le soleil qui ne nous quittera plus.

Le premier CH étant court, en agglomération, il ne faut pas traîner. Porticcio est bien calme hors saison et nous traversons en surveillant le compteur. La mer est bien agitée, avec des rouleaux qui n’auraient pas déplus à quelques surfeurs.

Nous arrivons à l’heure au pied de la base chrono. Elle s’annonce longue et très sinueuse, dur pour les sides. La moyenne a été abaissée à 55 km/h. Difficile de calculer, donc, Dédé et moi nous fierons à la moyenne indiquée par nos compteurs de vélo. J’ai bien étalonné le mien et j’espère ne pas perdre plus de 10 s.
Je pars vite et ça se confirme, il va être dur de tenir la moyenne sur route ouverte. Nous parviendrons tout de même aux 55 fatidiques, même un peu plus...je ralentis un peu, toujours pas de cellule...je relance, le route tournicote de plus belle...et enfin, la cellule, à la sortie d’une épingle à droite. Un coup d’oeil au compteur qui indique 54,5 soit 1% d’erreur, on doit pas être mal....la suite me prouvera que non. Pas moyen d’avoir son temps, donc la suspicion subsiste.

Voilà, la base chrono est bouclée, 140 km de liaison nous attendent jusqu’à Porto-Vecchio. Comme prévu, Dédé nous passe en faisant de grands signes. Il nous dira plus tard que son guidon était desserré. Quelques locaux nous passent aussi, on les reverra plus loin en train de ravitailler...pas nous.

Ces routes Corses sont en bon état, mais ne nous laissent aucun répit. Les droite-gauche s’enchaînent continuellement. Nous tenons la moyenne, sans plus. Quelques animaux nous croisent, ou vice-versa, Tilly verra même en très gros plan l’arrière train d’une vache. Il n’y a aucun fléchage, mais le road-book et bon et comme d’hab, le temps passé à le préparer m’a laissé le tracé en tête.
Peu de temps pour admirer le paysage...mais nous reviendrons.

Nous approchons de Porto-Vecchio, les voies s’élargissent et les ronds points aparaissent. Nos dix minutes d’avance vont fondre là, bêtement en raison d’une imprécision du road-book. Décidément, les agglomérations, c’est pas bon. Nous croisons Dédé, c’est bon, il est toujours là...et on pointe à l’heure.
Nous devions bénéficier d’une demi-heure de neutralisation. Je demande confirmation au commissaire du CH qui me montre, dédaigneux, le petit panonceau qui est censé nous mettre en garde de la modif : Nous n’avons plus qu’un quart d’heure. La très grande majorité des bénévoles est toujours très sympathique et de bonne humeur, mais chaque année, il en faut un pour faire tâche...et celui là, je l’ai reconnu, chaque année il est égal à lui même, à croire qu’on le force à venir...

Donc, ce quart d’heure en moins nous force à modifier notre stratégie : Dédé repart faire le plein, nous préférons réhydrater et nourrir l’équipage en préservant nos dix litres de réserve d’essence. Nous referons le plein en partant (nous savons qu’il y a au moins deux stations juste après le CH), quitte à rattraper le temps perdu.

...Et nous repartons, pour un très long CH direction Ajaccio via Zonza et la montagne. Le plein refait, nous somme tranquilles de ce coté là jusqu’à Toulon, Faron compris, tout en étant encore capables de dépanner quelqu’un....vive les gros réservoirs !
La route qui monte à Zonza est belle, roulante, mais nous y sommes mal. Entre deux rapports, trop vite pour rouler en 2e, pas assez pour tenir la 3, je décide de gérer en enroulant à mi-régime...ça marche et la moyenne se maintient à 61, non sans mal.
Toujours peu de loisir pour admirer le paysage, nous poursuivons notre route. Dédé a du nous passer à la faveur de notre arrêt carburant.

Droite, gauche, droite, gauche....le ruban Corse et le road-book défilent, les panneaux sont taggués " FLNC ", voire chevrotinnés. Peu d’animaux, les cochons font la sieste...les autochtones nous laissent gentiment passer...tutto va bene. Nous roulons avec quelques locaux : Quelques monos, insuivables...deux T-Max (même rapport poids-puissance que nous) qui nous passent dans les villages ( ? !) et que nous repassons sur la terre...et un speed triple. Les gars ont peu de marge, sortent à gauche, repartent d’un tout droit, cherchent la route...je me marre doucement.

Puis, à l’entrée d’un village, deux bécanes arrêtées. Par habitude, je fais de même. Cédric et sa 250 Aprilia, vainqueurs l’an passé, a cassé son câble d’embrayage et n’a pas la clef de 13 salvatrice. OK, nous sommes un peu en avance, j’ai la clef et je suis l’assistance...autant servir. Je vide le coffre pour sortir la caisse à outils. Cédric est rapide, nous en profitons pour boire un coup et souffler un peu. Les autres n’ont pas eu le temps de s’arrêter....

Nous repartons de plus belle, sans encombre jusqu’aux abords d’Ajaccio.
Comme on dit là-bas, c’est là que ça se corse ! Un side dans les encombrement de fin de journée, c’est pas top. Tant pis, afin de ne pas trop perdre de notre petite avance, je tente la remontée de file par la gauche, feux allumés et quelques petits coups de sirène. Il y a la place et les Corses se serrent très aimablement, merci. Il faut dire que deux cents autres concurrents sont déjà passés, et nous sommes entourés de locaux....mais nous n’avons plus que deux minutes d’avances au CH de la spéciale d’Appietto...Ouf ! ! Dédé vient juste d’arriver, tout vas bien.

Cette fameuse spéciale, un tiers en montée, deux tiers en descente, nous l’avons juste vue en vidéo. Là, nous avons le soleil couchant en pleine poire.
D’après la vidéo, pour nous, c’est assez rapide, en enchaînements. Premier point délicat, un droite bordé d’un muret, facile à reconnaître.

Allez, c’est à nous....On part relativement fort, mais merd...merd...merd....Le premier droite est déjà serré ! Je comprends que la vidéo, c’est un piège. Les distance paraissent rallongées et l’effet de vitesse est largement faussé...donc on passe en mode " à l’instinct ". Il faut gérer le soleil de face, une main en pare-soleil, l’autre qui tire le guidon. Grâce au " Tchatchocom " entre Tilly et moi, le premier qui détermine le sens du prochain virage l’annonce à l’autre...épique mais amusant, d’autant plus que le public est toujours là. Quelques travers dans la descente pour les exciter et nous voilà rendus. Spéciale amusante, mais à faire dans l’autre sens.

Dédé nous rejoints au point stop, surpris lui aussi par un gauche, il vient tout de même de réaliser le scratch de tous les side, chapeau les Dideron ! ! !

Le CH de retour vers le port d’Ajaccio est large mais nous improviserons tout de même dans les rues de la ville.

Voilà, notre journée Corse bien remplie s’achève par notre embarquement sur le Danielle Casanova.

Après une bonne douche, nous laissons le breiffing à notre équipage de pointe, les Dideron qui ont opté pour une soirée courte et partageons un repas bien mérité avec notre pote Christian.

La météo annonçait à nouveau une mer agitée et ça se vérifie dès que le bateau quitte le golfe d’Ajaccio...Mais nous sommes déjà à table et l’estomac lesté, nous résistons. Les serveurs semblent maîtriser, mais pour les passagers, les allers-retours aux buffets sont bien périlleux.

Nous finirons la soirée sur le pont supérieur, en plein air, à faire du trampoline improvisé tant ça remue. J’espère que le side est bien calé !

L’arrivée à Marseille au petit matin se fait dans la fraîcheur et nous attendons un très long moment que les autres groupes de convois soient partis.
Le retour vers Toulon sera beaucoup moins fun qu’à l’aller, les Gendarmes prennent tout leur temps. Faut dire que nous ne partirons faire le Faron que dans l’après-midi.

Donc, à Toulon, nous passons au débriefing avec casse-croûte concomitant.

A la lecture des résultats, Dédé est content et il y a de quoi. Quant à nous, nous ne sommes toujours pas derniers...

Par contre, la base chrono nous laisse, à nouveau, suspicieux : Nous aurions pris 23s (avance ou retard ?), ce qui voudrait dire que je me serais planté de 30 cm dans la mesure du développement de ma roue ! ! Curieux, is’nt it ?
Bon, pas grave, tellement gros que ça me fait juste rire.

Alors que les premiers experts en ont déjà terminé, nous préparons notre Faron tant attendu. Il va nous servir à étalonner l’efficacité des quelques modifs apportées au side et à la technique de conduite depuis l’an dernier. On s’allège en vidant la totalité du coffre, on verra bien !
Grâce à ses bons résultats, Dédé part loin devant nous...Nous traversons Toulon pour arriver sans encombres au CH.

Comme l’an dernier, le départ est assez délicat pour nous, complètement en dévers. Même à l’arrêt, nous devons compenser l’équilibre du side.
Et c’est parti, le coffre vide permet une bien meilleure accélération, mais le deuxième droite un peu en dévers nous rappellera vite que la roue du panier ainsi allégée se lève très volontiers !
Il s’ensuivra une montée plutôt chaotique qui ne nous a pas laissé une bonne impression. Le chrono tranchera...nous n’avons amélioré notre temps de l’an dernier que de 5s ...un peu décevant.
Dans la dernière épingle, je reconnais Sam et Mary...il faut dire que j’ais bien le temps.
Par contre, les Dideron font encore parler la poudre en finissant premiers side ! !

Le retour au Mourillon s’est fait en convoi.

Remise des prix un peu zarbi...remballage et départ de certains, pizza pour nous et départ lundi matin pour tirer le truc jusqu’au bout.......

Merci à celles et ceux avec qui nous avons partagé ce concentré de bonnes choses, en particulier Dédé et Anne-Marie aussi gentils que performants et Sam pour ses conseils, Mary pour son suivi ici. (s'ils n'éxistaient pas, il faudrait les inventer!) Une pensée aux absents....et à la prochaine !

Amicalement,
Nanuk et Tilly,
Assistance chi va piano mais va sano

Wink














Dernière édition par Nanuk le Jeu 09 Oct 2008, 20:17, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Jeu 09 Oct 2008, 19:49

LAUR a écrit:UNE GUZZI DEVANT! GE-NIAL
ILS NE SONT PAS POURRIS LES RALLYMEN!!!!!
CHAPEAU BAS MESSIEURS ET MESDAMES .
merci Hervé, ça nous change un peu de la saison, mais c'est vrai que rouler dans la spéciale corse sans reco et en descente ne nous a pas trop pénalisé.
dédé
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Jeu 09 Oct 2008, 19:54

MOTO TOUR TOULON/TOULON :
En 2003 j'ai participé au MT en solo en terminant 3° en classique, avec quelques cafouillages dans l'organisation mais ils étaient pardonnés étant leur premier Moto Tour. Ensuite en 2005 on l'a fait avec Anne Marie en side avec une pénalité incompréhensible !!! et on a fini au fond du classement et là je m'étais juré de ne plus le faire. L'an dernier Nanuk et Martineont fait TOULON/TOULON et ils se sont régalés pour un prix raisonnable de 150 euros. En 2008, ils repartent pour un supplément de 100 euros soit 250 euros d'inscription avec un passage toute la journée de samedi sur les belles routes de l'ile et du coup on a pas hésité à s'inscrire.
Pour la préparation, on a rien fait juste mettre un moteur stock afin de faire réviser celui qui a servi toute la saison et en fin de compte je ne trouve pas de grande différence entre les deux !!
Arrivée vendredi à 13 heures à la plage des Mourillons pour passer aux contrôles administratif et technique. Passage au sonomêtre et surprise la guzzi fait 89 db alors que toute la saison de rallyes elle faisait 92 db !! On retrouve Nanuk et Martine (Tilly) avec leur fidèle guzzi. Le temps de faire un coucou aux 3 GSXR/DJ qui restent en course et vers 18 heures, a lieu des départs de groupes comprenant 30 bécanes pour se diriger vers le port de Marseille escortés par les motards de la garde républicaine et là ce n'est que du bonheur à les voir faire dans la circulation de Toulon et Marseille un couloir ou s'engouffrent les 2 sides guzzi suivis des solos.
La montée du Castellet s'est transformée en course de côte ; on était dans la roue du gendarme en BM qui faisait des gerbes d'éticelles dans les courbes mais il fallait suivre leurs ordres ''interdition de les dépasser'' On se retrouve les 172 rescapés du MT + les 32 engagés de la section Toulon/Toulon. Enfin embarquement des motos via la Corse ou on arrive le samedi à 7 heures du matin après une traversée sans problème. a suivre
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Bruno 73 le Ven 10 Oct 2008, 22:40

Coucou Nanuk, Martine, Anne Marie et dédé,
Bravo pour votre prestation. cheers
Nanuk, merci pour ce compte rendu. Surprised
Dédé on attends la suite. bounce
Bruno.
avatar
Bruno 73
Membre Super Super Actif
Membre Super Super Actif

Nombre de messages : 198
Age : 44
Date d'inscription : 30/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Invité le Sam 11 Oct 2008, 21:26

merci pour ces CR et felicitations

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Lun 13 Oct 2008, 19:32

Une petite anecdocte à Toulon : Impossible de rentrer dans le parc fermée et
oui après avoir passer le tapis les sides sont bloqués par des buses et il a
fallu soulever les paniers pour passer l'obstacle.
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Lun 13 Oct 2008, 19:34

[quote="dédé"]Une petite anecdocte à Toulon : Impossible de rentrer dans le parc fermée et
oui après avoir passer le tapis les sides sont bloqués par des buses et il a
fallu soulever les paniers pour passer l'obstacle.
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Lun 13 Oct 2008, 19:36

Samedi matin , les premiers s'élancent à partir de 8h30 et pour les 2 sides
ont doit partir à 11h30 ce qui nous laisse le temps de flaner sur le marché
ou l'on peut apprécier les produits locaux mais bon on est en course et il
n'est pas question d'alourdir le side.
Départ avec une minute derrière Nanuk et vite fait on le rattrappe pour
rouler ensemble le long de la côte avec la traversée de Porticchio. Après 28
kms de route on arrive au départ de la base chrono qui est une nouveauté
pour nous. Ne pouvant calculer la moyenne qui est de 55 kms/h on va se fier
au compteur de vélo. La route est assez viroleuse et après une série de
virages on passe la cellule avec une moyenne compteur de 54.85 kms et on
prends 6 secondes de pénalités et la 48° place sur 200. Après on part pour
une liaison de 140 kms jusqu'à Porto-Vecchio. Comme prévu je fonce pour
rattraper Nanuk et du coups je prends un trou énorme qui me baisse le
guidon, je le remonte difficilement et évidemment il redescends à chaque
appui. Je double Nanuk pour pouvoir prendre un peu d'avance pour resserer
les fixations. Très beaux paysages mais on a guère le temps de faire du
tourisme, on prend à l'envers la spéciale faite en 2006 et au freinage dans
un virage serré, j'ai vu un corse rentrer comme un fou devant ma roue mais
évidemment n'étant pas dans un rallye touristique je l'ai un peu coincé
involantairement et il a fini par terre. Le temps de prendre de ses
nouvelles qui sont bonnes et on repart. Arrivé à l'entrée de Porto-Vecchio,
je remarque une station mais je préfère aller pointer avant. Arrivé au
pointage, on a 15 minutes d'avance et je préfère aller faire le plein, on
coise Nanuk et arrivé à la station, elle est fermée !! Retour vers le
pointage à l'heure et on file faire le plein dans les 15 minutes
d'assistance donc on saute le repas et je resserre en vitesse le guidon. 2°
liaison, on file sans soucis, sur les routes très sinueuses pour arriver à
la spéciale, la seule de corse avec 5 minutes d'avance. Nanuk arrive
derrière nous.
Départ de la spéciale avec le soleil couchant en face !! je vais rouler
visière ouverte. D'après la vidéo fournie par les organisateurs, le début
est très roulant donc j'enquille le premier droit trés fort et surprise on
s'est retrouvé de suite dans le gauche avec une belle figure de glisse pour
les spectateurs présents et Anne-Marie a failli tomber. J'oublie la vidéo et
je roule à l'instint le reste de la spéciale. Pour nous elle est bien car
elle est dans les 2 derniers tiers en descente. Pour finir, il reste une
quinzaine de kilomètre pour rejoindre Ajaccio et en suivant Nanuk, on se
perd mais on reussit quand même à pointer à l'heure. Déjà les résultats
arrivent et on est content on signe le meilleur temps des 5 sides en
spéciale. Pour moi, la journée fut un régal 300 kms de virages que du
bonheur.
Embarquement samedi soir pour le retour à Marseille de nuit
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  chuppa chups le Lun 13 Oct 2008, 22:25

Bonsoir

Felicitations a vous Nanuk et Dédé sans oublier vos passagères.
Dédé j'ai bien fait de t'appeler pour te donner le mode d'emploi Hi Hi.
Nous penserons a vous lors du salon du side.
Amitiées et a bientot.
Thierry
avatar
chuppa chups
Membre Très Actif
Membre Très Actif

Nombre de messages : 105
Age : 56
Localisation : 71
Date d'inscription : 08/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Mar 14 Oct 2008, 07:32

chuppa chups a écrit:Bonsoir

Felicitations a vous Nanuk et Dédé sans oublier vos passagères.
Dédé j'ai bien fait de t'appeler pour te donner le mode d'emploi Hi Hi.
Nous penserons a vous lors du salon du side.
Amitiées et a bientot.
Thierry
merci, on aimerait venir au salon mais 1700 kms aller/retour c'est un peu beaucoup.
dédé
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Michel Daire le Mer 15 Oct 2008, 09:22

applaudit applaudit applaudit Félicitations aux équipages guzziste

avatar
Michel Daire
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 359
Age : 65
Localisation : Sud 77
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Mer 15 Oct 2008, 19:32

Michel Daire a écrit:applaudit applaudit applaudit Félicitations aux équipages guzziste

merci Michel, vive les GUZZI hi hi
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  dédé le Mer 15 Oct 2008, 19:34

DIMANCHE :
Arrivée à Marseille et retour par groupe de 30 à Toulon escorté par les motards mais à allure très réduite. Mise en parc fermée et on a 30 minutes d'assistance avant le départ pour la spéciale du Mont Faron. Pour nous, rien à faire sur la Guzzi qui ronronne bien et juste à vider le coffre pour l'alléger. C'est notre tour pour le départ de la liaison et il commence à y avoir beaucoup de monde sur la plage des Morillons. Départ de la spéciale avec un très grand dénivellé et la guzzi peine sérieusement avec une petite odeur d'embrayage cramé et oui 4 à 5 fois il a fallu avancer de quelques mètres pour se placer devant la cellule avec une pente de 10% au moins. La spéciale est assez rapide en bas mais assez dangereuse, je demande à Anne Marie de ne pas sortir vu qu'on frôle les murets et rochers puis la spéciale se termine avec de nombreuses épingles où la Guzzi a de la peine à se relancer mais dans l'ensemble on est assez satisfaits de la montée quand même. On fait encore le meilleur temps des sides. Retour à l'assistance en convoi de 30 encore, mais personnellement je préfère vu la circulation.
La remise des prix se fait attendre, mais pour nous on aura rien malgré les meilleurs chronos en Corse et au Faron vu que l'on est classé avec Nanuk en 1000 GT + DBS dans les 32 solos participants au Toulon-Toulon, dans ce classement général on finit 11° sur 32, pas si mal que ça.
A l'année prochaine
ps : je vais faire une lettre à la FFM :
Pour 2009, les spéciales doivent se faire en descente !!!
dédé
avatar
dédé
Prix d'Excellence à la participation
Prix d'Excellence à la participation

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Les sidecaristes du DDT en Corse

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum